Newsletter         

Yves Saint Laurent plagie une créatrice sénégalaise

Depuis début mars, période de la Fashion Week parisienne YSL est sous les feux des projecteurs et pas pour une bonne raison. Au cours de celle-ci, Saint Laurent a montré comme une de ses nouvelles créations un sac mesurant 10 centimètres sur soixante. Ce sac est l’objet de la polémique en effet une jeune créatrice sénégalaise, Sarah Diouf déclare que la marque de Luxe française se serait approprié de l’un de ses designs et sac phare de sa marque Tongoro et déclarait sur twitter « tu sais que tu es une adulte quand ton premier réflexe est d’engager un avocat. »

 

  

 


Voici ses propos :

Le 28 février, YSL (Yves Saint Laurent, NDLR) a présenté sa collection automne-hiver à Paris avec un public se prosternant devant l’esthétique surluxueuse et extravagante d’Anthony Vaccarello.
Deux jours plus tard, je recevais un texto de la part de mon assistant, m’invitant à regarder les détails de certains de leurs looks. Je ne pouvais en croire mes yeux : « Mais c’est NOTRE sac… ». Oui, c’est clair, c’est « NOTRE sac ».

Une réplique parfaite du sac MBURU de Tongoro : notre accessoire caractéristique. Et il n’y a aucune chance qu’ils aient pu le voir ailleurs , « A quel autre endroit avez-vous déjà vu un sac de 10x60cm en forme de baguette. » Exactement.

Je me rappelle avoir été voir mes amis, des éditeurs et autres personnes pour les convaincre qu’il s’agissait du prochain accessoire avec un grand A et qu’il m’avait rient au nez ou regarder avec des grands yeux perplexes. « A quel autre endroit avez-vous déjà vu un sac de 10x60cm en forme de baguette »?

On sait tous que les tendances font des vas et viens mais quand elles ne viennent de nulle part d’autre que de vous, vous vous sentez volée. C’est un sentiment que je n’avais jamais ressenti avant. Je pense à toutes les fois où j’ai lu la façon dont la créatrice Aurora James se plaignait du fait que Zara ait volé ses designs Brother Vellies et je me disais ‘ouaouh’, en pensant que cela n’arrivait qu’aux autres, et aujourd’hui, c’est moi l’autre’.

Après y’avoir songé, je savais que je ne pouvais pas laisser ça passer. Parce que ce que je fais et son histoire vont au-delà d’une esthétique surluxueuse et je ne laisserai personne me voler ma créativité, que des gens ne regardent Tongoro que pour s’en inspirer la seule arme qui me permet d’avancer et de trouver une place. »

Tongoro est une jeune marque ‘Made in Africa’ que j’ai lancé l’année dernière pour développer l’industrie textile chez moi à Dakar au Sénégal et le sac MBURU est notre produit signature car il représente une part essentielle de notre culture et incarne l’essence même de notre dignité : la capacité à se lever, à sortir et à se battre pour survivre.

MBURU signifie [pain] en wolof. Le nom du sac est inspiré par l’esprit de débrouillardise de la jeunesse de #Dakar-qui se réveille chaque matin pour gagner son pain. Le sac MBURU sert à garder les effets personnels les plus essentiels ; téléphone, cartes et peut-être un peu de monnaie (…) tout ce que vous avez à faire est de sortir et de faire arriver les choses que vous voulez voir arriver-avec style.
Il est plus que nécessaire pour moi de revendiquer et de me récupérer chaque morceau de culture et d’histoire pour lesquels je me bats.
Mon entreprise est petite mais ma vision est grande et je travaille bien trop dur pour laisser passer cela.
Suis-je assez grande pour affronter une institution de la mode comme YSL? Peut-être pas, mais ma voix l’est, et je me dois d’utiliser ce à quoi j’ai accès pour faire un communiqué qui ne restera pas ignoré.

 

Our website is protected by DMC Firewall!