Newsletter         

« Africa Now » sans les Africains

En ce début de printemps, les Galeries Lafayette mettent à l’honneur le continent africain en invitant artistes, et créateurs à investir les espaces du grand magasin. Seulement derrière cet événement inédit se trouve une triste réalité, celle du « cultural appropriation » ou appropriation culturelle.

Malgré l’organisation de différentes manifestations et parades mettant en avant la culture africaine par la cuisine, la musique, la danse, la photo ou encore la vidéo, on ne peut pas ne pas constater l’absence de designs proprement africain par des designers africains. Certes, l’Afrique est cuisine, arts, et danse, mais elle est bien plus que ça, elle est fraîche, inspirée et stylée !

Où sont les créateurs africains ?

Maje, Rad, Furla, Max Mara… Parmi tous les exposants mode, seuls 2 sont originaires d’Afrique Laurence Airline créatrice Franco-ivoirienne et Le marché noir concept store parisien. Un gros problème lorsque l’opération s’appelle Africa Now, que l’on veut mettre l’Afrique à l’honneur et vendre aux Africains. Une évidence pour certain, mais visiblement pas pour les Galeries Lafayette qui représentent sans vergognes et avec fierté des marques qu’elles présentent ainsi : « À l’occasion de l’opération Africa Now, la marque s’empare de la culture africaine le temps d’une collection capsule en collaboration avec les Galeries Lafayette. D’inspiration ethnique, la collection réinterprètes les codes du street-art afro avec des clins d’œil à des références fortes telles que la coiffure. En termes de motifs, l’esprit wax et khanga impose un style graphique et coloré. Le résultat ? Des pièces hautes en couleur qui révèlent l’exotisme et la gaieté de l’Afrique » (en parlant de la collection capsule RAD).

Des marques qui s’emparent de la culture africaine peuvent-elles vraiment révéler l’exotisme de la gaieté de l’Afrique quand pour elles, l’Afrique se résume à la coiffure et au wax ? Un créateur africain ne serait-il pas mieux placé pour sublimer la grandeur de l’Afrique ? Alors que des marques africaines telles qu’Imane Ayissi ou Andrea Iyamah font le buzz aujourd’hui les Galeries Lafayette ont préféré privilégier des marques occidentales. Au vu de l’opération Africa Now on pourrait se demander si l’Afrique ne serait pas mieux sans les Africains. Détrompez-vous mon Afrique à moi n’a pas besoin de ça, mon Afrique à moi n’a pas besoin qu’on la réinterprète, elle est belle et forte et ses enfants sont ceux qui la font vivre. Des opérations telles qu’Africa Now ne veulent qu’en tirer profit !

 

 

 

Our website is protected by DMC Firewall!